André Vésale

Récupérez un cours offert dès aujourd'hui

et gagnez jusqu’à 50 places au classement avec notre pack de révision.

29€ OFFERT
Désinscription en 1 clic.

Ces articles pourraient vous intéresser

 

Dr. Brice Payet

André Vésale : Biographie

André Vésale, né en décembre 1514 à Bruxelles [aujourd’hui en Belgique] mort en juin 1564 sur l’ile de Zacynthus, République de Venise [aujourd’hui en Grèce]), est un médecin de la Renaissance qui a révolutionné l’étude de la biologie et la pratique de la médecine par sa description minutieuse de l’anatomie du corps humain. Basant ses observations sur des dissections qu’il faisait lui-même, il a écrit et illustré le premier manuel d’anatomie complet.Vous en apprendrez davantage sur lui dans cet article.

Les débuts de ce génie de l’anatomie

André Vésale est né le 31 décembre 1514 dans la ville de Bruxelles. La ville faisait alors partie du Saint Empire romain germanique. Aujourd’hui, c’est la capitale de la Belgique. Vésale était l’un des quatre enfants, il avait deux frères et une sœur. Son père, Andries van Wesele, était pharmacien personnel à la cour de Marguerite d’Autriche.

Sa mère, Isabel Crabbe, a élevé ses enfants dans une maison prospère située dans un quartier respectable près du palais du Coudenberg, pratique pour le travail de son mari.

Vésale a commencé l’école à l’âge de six ans, probablement à l’école des Frères Catholiques de la Vie Commune à Bruxelles pendant neuf ans. Il y apprend l’arithmétique, le latin et d’autres langues, et reçoit une formation approfondie sur les principes de la religion catholique. Son père est souvent absent de Bruxelles pour des affaires impériales. Sa mère, espérant que son fils devienne pharmacien comme son père, encourage le jeune Vésale à utiliser pleinement la bibliothèque bien fournie de la famille.

Au collège

À l’âge de 15 ans, Vésale s’inscrit à l’université de Louvain, à 30 km à l’est de Bruxelles. C’est un moment de fierté familiale : Le père de Vésale s’était vu interdire toute éducation universitaire parce qu’il était né de parents non mariés.

Typique de l’époque, Vésale étudie les arts et le latin. Il apprend également l’hébreu et le grec. Après avoir obtenu un diplôme de lettres en 1532, il est accepté à la prestigieuse école de médecine de l’université de Paris.

L’école de médecine de Paris

Vésale commence ses études de médecine en 1533, à l’âge de 19 ans. Son éducation est dominée par les travaux de Galien de Pergame, un médecin de la Grèce antique mort depuis 1 300 ans. Les enseignements de Galien étaient considérés comme la vérité absolue et irréprochable. La plupart des observations anatomiques de Galien provenaient de dissections d’animaux principalement des singes,car il était tabou de disséquer des humains à son époque.

Vésale a été instruit en anatomie par Johann Guintervon Andernach. Guinter s’était fait un traducteur expert des textes grecs anciens de Galien en latin. Comme Galien, il pensait que les expériences et les observations personnelles étaient le meilleur moyen d’acquérir des connaissances anatomiques — il croyait qu’il fallait se salir les mains !

La plupart des dissections humaines avaient pour seul but d’enseigner aux étudiants que tout ce que Galien et Hippocrate avaient écrit était vrai. Au cours d’une dissection typique, un chirurgien effectuait le travail de coupe, tandis que l’instructeur, assis bien au-dessus des procédures, lisait à haute voix un passage antique pertinent. Un assistant aide les élèves en leur montrant la partie du corps dont il est question. Les textes anciens ne pouvant contenir d’erreurs, les étudiants n’étaient pas autorisés à poser des questions ou à discuter de la dissection.

Les disputes académiques avaient tendance à porter sur l’exactitude des traductions des œuvres anciennes plutôt que sur la science de l’anatomie. Guintervon Andernach était une rareté à cette époque. Il permettait à ses étudiants de réaliser leurs propres dissections, une pratique déplorée dans la plupart des universités. Les dissections étaient généralement pratiquées sur des criminels exécutés, et il était considéré comme dégradant pour des personnes instruites de manipuler ces spécimens méprisables.

Les talents de Vésale impressionnent tellement Guinter qu’il lui demande de l’aider à rédiger un livre d’anatomie galénique, Institutiones anatomicae. Le livre est publié en 1536.

Professeur d’anatomie et de chirurgie

Vésale voulait devenir médecin. Pour ce faire, il devait obtenir un diplôme de médecin. C’est dans cet esprit qu’il a été accepté à l’université de Padoue, un centre d’enseignement renommé du nord de l’Italie. Les professeurs de Padoue ont rapidement compris que Vésale était un étudiant exceptionnel. Ils l’ont autorisé à passer ses examens finaux presque immédiatement, et Vésale a obtenu son doctorat juste avant son vingt-troisième anniversaire.Les principaux académiciens de Padoue ont alors rapidement élu Vésale comme professeur d’anatomie et de chirurgie de l’université !

Vésale a reconnu le besoin d’illustrations et d’aides visuelles pour aider ses étudiants à comprendre l’anatomie. Il a introduit des accessoires visuels et des diagrammes pour accompagner ses dissections. Un an après avoir été nommé professeur en 1538, il a publié les Tabulae anatomicae sex, les six tables anatomiques. Il s’agit d’illustrations anatomiques accompagnées de notes compilées à partir de la première dissection publique qu’il a réalisé à Padoue. Les illustrations présentaient le foie, le système veineux, le système artériel et le squelette.

Le livre a connu un succès immédiat et a été plagié sans pitié.

La vie d’André Vésale

Vésale, originaire du duché de Brabant (dont la partie sud se trouve aujourd’hui en Belgique), était issu d’une famille de médecins et de pharmaciens. Il a fréquenté l’université catholique de Louvain en 1529-33, et de 1533 à 1536, il a étudié à l’école de médecine de l’université de Paris, où il a appris à disséquer des animaux. Il a également eu l’occasion de disséquer des cadavres humains, et il a consacré une grande partie de son temps à l’étude des ossements humains, à l’époque facilement disponible dans les cimetières parisiens.

En 1536, Vésale retourne dans le Brabant pour passer une année supplémentaire à l’université catholique de Louvain, où l’influence de la médecine arabe est encore dominante. Suivant la coutume en vigueur, il prépare en 1537 une paraphrase de l’œuvre du médecin arabe du Xe siècle, Rhazes, probablement pour satisfaire aux exigences du baccalauréat en médecine. Il s’inscrit ensuite à l’université de Padoue, une université progressiste avec une forte tradition de dissection anatomique. Après avoir obtenu son doctorat en médecine la même année, il a été nommé maitre de conférences en chirurgie, chargé de faire des démonstrations anatomiques. Sachant qu’une connaissance approfondie de l’anatomie humaine est essentielle à la chirurgie, il consacre une grande partie de son temps aux dissections de cadavres et insiste pour les réaliser lui-même, au lieu de s’en remettre à des assistants non formés.

Au début, Vésale n’avait aucune raison de remettre en question les théories de Galien, le médecin grec qui avait servi l’empereur Marc Aurèle à Rome et dont les livres d’anatomie faisaient encore autorité dans l’enseignement médical à l’époque de Vésale. En janvier 1540, rompant avec la tradition qui consistait à s’appuyer sur Galien, Vésale a ouvertement démontré sa propre méthode — en pratiquant lui-même des dissections, en apprenant l’anatomie sur des cadavres et en évaluant de manière critique les textes anciens. Il le fait lors d’une visite à l’université de Bologne. Ces méthodes le convainquent rapidement que l’anatomie galénique n’est pas fondée sur la dissection du corps humain, strictement interdite par la religion romaine.

L’anatomie galénique, affirmait-il, était une application à la forme humaine des conclusions tirées de la dissection d’animaux, principalement des chiens, des singes ou des porcs. C’est cette conclusion qu’il eut l’audace de déclarer dans son enseignement alors qu’il préparait à la hâte son manuel complet d’anatomie humaine en vue de sa publication. Au début de l’année 1542, il se rendit à Venise pour superviser la préparation des dessins destinés à illustrer son texte, probablement dans l’atelier du grand artiste de la Renaissance, le Titien. Les dessins de ses dissections ont été gravés sur des blocs de bois, qu’il a emportés, avec son manuscrit, à Bâle, en Suisse, où son œuvre majeure De humani corporis fabrica libri septem a été imprimée en 1543.

Dans cette œuvre d’époque, Vésale a déployé tous ses dons scientifiques, humanistes et esthétiques. La Fabrica est une description du corps humain plus complète et plus précise que toutes celles proposées par ses prédécesseurs ; elle donne à l’anatomie un nouveau langage et, par l’élégance de son impression et de son organisation, une perfection inconnue jusqu’alors.

Au début de l’année 1543, Vésale part pour Mayence, afin de présenter son livre à l’empereur du Saint-Empire romain germanique Charles Quint, qui l’engage comme médecin attitré de la maison. Ainsi, à 28 ans à peine, Vésale avait atteint son but. Après avoir abandonné son poste à Padoue et être retourné au printemps 1544 dans son pays natal pour épouser Anne van Hamme, il s’engage dans de nouvelles fonctions au service de l’empereur lors de ses voyages en Europe. De 1553 à 1556, Vésale passe le plus clair de son temps à Bruxelles, où il se fait construire une imposante maison à la mesure de son aisance croissante et s’occupe de son cabinet médical florissant. Son prestige est encore renforcé lorsque Charles Quint, lors de son abdication du trône d’Espagne en 1556, lui verse une pension à vie et le fait comte.

Ce qu’on pourrait retenir

André Vésale était un expert en anatomie :

–    Il a été le premier à effectuer des dissections humaines et à produire des dessins détaillés et précis du corps humain.
–    Il a publié son livre, On the Fabric of the Human Body, en 1543.
–    Il a prouvé que Galien avait tort de plus de 200 façons différentes. Par exemple, Vésale a montré que l’os de la mâchoire inférieure de l’homme n’est qu’un seul os et non deux comme Galien le pensait. Il a également prouvé que le sang ne peut pas passer d’un côté du cœur à l’autre à travers le septum.

Avant Vésale, les médecins acceptaient les idées de Galien sur l’anatomie. Celles-ci n’étaient pas complètement fausses, mais elles étaient pleines d’erreurs, car Galien avait surtout étudié les animaux. Après Vésale, les médecins ont réalisé qu’ils devaient tester tout ce que Galien avait écrit et effectuer eux-mêmes des dissections humaines. 

De façon spécifique, il a permis de mieux comprendre certains domaines de l’anatomie. Et de façon générale, on peut dire qu’il a mis fin à la stagnation de la médecine en encourageant les médecins à remettre en question tout ce qu’ils avaient appris des sources anciennes et à découvrir des choses par eux-mêmes.

Les facteurs qui ont aidé :

–    Génie individuel – prise de risque, remise en question des idées reçues ;

–    L’éducation — l’atmosphère de l’université de Padoue encourageait les nouvelles découvertes ;
–     Technologie — des artistes qualifiés pouvaient dessiner ses découvertes ;

–    La communication — l’invention de la presse à imprimer (1450) a permis à Vésale de partager ses idées ;
–    Religion — le déclin du pouvoir de l’Église a rendu possible la dissection des corps humains ;

L’héritage

L’œuvre de Vésale représente le point culminant de la renaissance humaniste du savoir antique, de l’introduction des dissections humaines dans les programmes d’études médicales et de la croissance d’une littérature anatomique européenne. Vésale a réalisé ses dissections avec une minutie inconnue jusqu’alors. Après Vésale, l’anatomie est devenue une discipline scientifique, avec des implications considérables non seulement pour la physiologie, mais aussi pour toute la biologie. De son vivant, cependant, Vésale a trouvé plus facile de corriger certains points de l’anatomie galénique que de remettre en question son cadre physiologique. Des rapports contradictoires obscurcissent les derniers jours de la vie de Vésale. Apparemment, il est tombé malade à bord d’un navire alors qu’il rentrait en Europe après son pèlerinage. Il a été débarqué sur l’ile grecque de Zacynthus, où il est mort.

Quelques détails personnels et la fin

En 1544, Vésale épouse Anne Van Hamme. Elle était la fille d’un riche conseiller de Bruxelles. Ils ont eu un enfant, une fille, née en 1545. Ils l’ont appelée Anne.La famille est restée ensemble la plupart du temps, mais lorsque Vésale est parti en pèlerinage à Jérusalem, sa femme et sa fille sont retournées à Bruxelles.

Vésale atteint Jérusalem, où il reçoit une lettre de Padoue l’invitant à accepter la chaire d’anatomie et de chirurgie. Malheureusement, Vésale ne retournera jamais à Padoue. Son voyage de retour de Jérusalem est gâché par de violentes tempêtes. Lorsque son navire atteint le port de l’ile grecque de Zakynthos, Vésale est gravement malade. Il meurt quelques jours plus tard.André Vésale est mort à l’âge de 49 ans, le 15 octobre 1564. Il fut enterré à Zakynthos.

Cette article vous à plu ? N'hésitez pas à le partager !

Facebook
Twitter
LinkedIn
Telegram
WhatsApp
Email