L’Herboristerie

Récupérez un cours offert dès aujourd'hui

et gagnez jusqu’à 50 places au classement avec notre pack de révision.

29€ OFFERT
Désinscription en 1 clic.

Ces articles pourraient vous intéresser

 

Dr. Brice Payet

L’herboristerie est un domaine de la science de santé qui consiste à utiliser les plantes pour soigner l’organisme. Les plantes ne sont pas que de jolis ornements donc on peut se servir pour décorer un lieu, elles ont un tout autre usage qui met en exergue les nombreux bienfaits qu’elles possèdent. Force est de relever que la médecine par les plantes naturelles est devenue une véritable tendance qui remet au goût du jour les nombreuses vertus thérapeutiques de celles-ci. La phytothérapie prend ainsi depuis peu une place de plus importante dans la sphère médicale et le secteur du bien-être.

L’herboristerie a des origines lointaines et couvre un domaine d’application très varié permettant d’améliorer la santé. Les vertus de cette science lui ont permis de redevenir au-devant de la scène puisqu’il fut l’objet d’une concurrence assez rude qui a failli le décimer. Devenir herboriste est donc assez complexe vu qu’il n’existe pas à proprement parler de diplôme homologuer pour cette discipline pourtant très présente en médecine. Cela est peut-être dû aux limites structurelles qui entourent cette discipline même si cela ne l’empêche pas d’être populaire. Comme toutes les sciences, l’utilisation des plantes nécessite de prendre certaines précautions tant au niveau du choix de celle-ci, de leurs préparations ou encore de leurs consommations.

Herboristerie : origine et explication

L’herboristerie jouit d’une grande histoire, le premier code médical régulant l’usage des plantes en médecine date la Mésopotamie. Cependant, il y a fort à parier qu’elles étaient déjà utilisées longtemps par les habitants pour soigner, traiter, soulager et guérir différents problèmes de santé.

Vers la fin du premier siècle de notre ère, un médecin botaniste grec du nom de Dioscoride fut le premier à rédiger le premier ouvrage complet intitulé Materia Medica en latin. Ce document fut le manuel de référence dans la pharmacologie musulmane, mais surtout européenne. C’est ainsi que ces connaissances se propagèrent progressivement dans le monde tout au long de l’antiquité et du moyen âge. De nombreux ouvrages traitant de l’herboristerie ont été ensuite écrits en plusieurs langues.

Cette méthode d’utilisation de plante très populaire et efficace a le mérite d’être abordable et disponible pour tous. L’herboristerie est une pratique médicinale qui consiste à préparer et commercialiser des plantes médicinales ou de préparation dérivée. Il est également désigné une enseigne tenue par un herboriste où sont vendues des plantes médicinales. Il est important de noter qu’il s’agit d’une science strictement pratique, car celle qui étudie théoriquement les vertus médicinales de la plante s’appelle l’herbologie.

Domaine d’application médicale de phytothérapie

L’herboristerie est une science pratique qui possède un grand champ d’application dans le domaine de médecine, de santé, mais aussi du bien-être. Les plantes médicinales sont ainsi utilisées pour des cures d’amincissement permettant ainsi à l’organisme de débarrasser les muscles des mauvaises graisses.

Elle est également appliquée pour débarrasser l’organisme des diverses toxines accumulées dans le corps épurant ainsi les muscles, mais aussi le sang. Les vertus des plantes médicinales sont largement mises en valeur dans l’herboristerie, on peut ainsi faire des détoxifications efficaces grâce à elles. Elles sont également utilisées pour soulager et traiter des allergies ou des intoxications alimentaires de manière douce et ce n’est pas tout.

L’herboristerie est également très efficace pour aider au bien-être du corps et de l’organisme, de nombreuses applications lui ont été trouvées dans ce domaine. Certaines plantes aident énormément à renforcer la vitalité du corps en développant ainsi le système immunitaire.

Il est important de noter que comme la plupart des sciences de la santé, elle a beaucoup avec la découverte de nouvelles plantes médicinales, mais aussi de nouveau procédé de préparation. En effet, avec le temps diverses techniques préparations plus élaborées ont vu le jour favorisant encore plus une diversification des applications de celle-ci.

Le succès de la phytothérapie

Depuis bientôt une décennie on constate un regain d’intérêt notoire pour la médecine des plantes, cela est dû au succès de la phytothérapie et surtout à son grand apport pour le bien-être. Il existe donc une réelle tendance sociétale autour de la consommation de produit naturelle exprimée par une grande volonté de retour de source.

Il faut dire que l’herboristerie est basée sur des valeurs nobles telles que le respect de la nature et de l’environnement qui sont revenues au-devant de la scène aujourd’hui. En effet, il y a que l’efficacité de cette science face à certains problèmes de santé et le moindre coût de la méthode de traitement attirent de plus en plus dans ce contexte mondial de crise.

Longtemps relégué au second rang durant de nombreuses années cette pratique considérée par beaucoup comme archaïque et dépassée par de nombreuses personnes se révèle être de plus en plus appréciée. Il faut noter que nombreuses sont les maladies courantes qui sont soignées grâce aux plantes médicinales. Les nombreuses vertus médicales que possèdent les plantes sont ainsi mises en valeur par l’herboristerie au moyen de pratique respectueuse de l’environnement et efficace. C’est d’ailleurs ce qui lui a valu de s’attirer les foudres des pharmaciens.

Les vertus de l’herboristerie

Si cette science est devenue aussi populaire, ce n’est pas pour rien, elle permet au corps de profiter de nombreuses vertus. En complément de la médecine traditionnelle, les produits de l’herboriste peuvent être d’une très grande aide pour la santé. Elles peuvent ainsi répondre de manière naturelle aux divers besoins de l’organisme et ainsi apaiser, soulager et traiter certains maux. Selon le besoin, les plantes médicinales peuvent être prescrites en prévention ou en traitement pendant quelques jours. Les plantes sont donc minutieusement choisies en fonction du besoin de l’organisme et de la nature de la maladie.

L’herboristerie utilise ainsi trois axes de soins pour aider l’organisme à se débarrasser de maux dont elle est victime :

–    Les infusions et les tisanes sont utilisées pour diminuer le stress, aidé à trouver le sommeil ou encore améliorer la digestion

–    Les infusions minceur ou détox contiennent de l’artichaut ou du pissenlit qui sont très efficaces avec leur effet drainant

–    Les fumigations sont également utilisées, elles aident à déboucher les voies respiratoires grâce notamment au thym et au romarin qui par ricochet ont un excellent impact sur la circulation sanguine.

S’il est vrai que l’usage des plantes est efficace, il reste que jusqu’ici, la situation de l’herboriste reste assez délicate.

L’herboriste aujourd’hui

On peut définir l’herboriste comme celui qui extrait des plantes médicinales les éléments qui lui permettront de faire des remèdes naturels et sains qui vendra ensuite aux consommateurs. Il faut donc un minimum de connaissance en botanique et en biochimie végétale pour être en mesure d’identifier les éléments médicinaux qui peuvent être extraits de la plante.

Ce professionnel cultive, récolte, conserve des plantes aux propriétés médicinales afin d’exploiter les vertus de ces plantes. Il doit par conséquent être capable d’identifier ces différentes plantes, mais aussi maitriser le processus à utiliser pour extraire ces éléments curatifs, les conserver et savoir comment les utilisées (dosage et rythme d’utilisation).

Cela peut paraitre étonnant, mais malgré les vertus de l’herboristerie, le statut de l’herboriste reste assez vague. En effet, très peu de pays consacrent de l’attention à cette science pourtant très courante dans la plupart des sociétés occidentales. Il faut dire que cela est en grande partie dû au conflit qui l’oppose depuis très très longtemps à la pharmacie.

En effet, il n’existe plus de diplôme d’herboriste, il est donc fortement recommandé d’avoir un diplôme de phytothérapie (DUMENAT). Il est néanmoins possible de former en herboristerie, plusieurs organismes agréés tels que l’Association pour le Renouveau de l’Herboristerie qui permet de se former en herboristerie.

Pharmacien et herboriste : une concurrence historique

Si le statut d’herboriste reste aussi flou de nos jours même si les choses tendent à rentrer dans l’ordre c’est à cause d’une concurrence rude aux allures de guerre d’intérêt. En effet, l’herboristerie nuit aux intérêts de la pharmacie, mais surtout au monopole que ceux-ci peuvent avoir dans le domaine.

Déjà en 1879 l’Association générale des pharmaciens de France a tenté de supprimer le diplôme d’herboriste pourtant autrefois, les deux professions se sont longtemps chevauchées. Les faits montrent qu’il y a eu de nombreux passages incessants entre herboristerie et pharmacie. La suppression du certificat d’herboriste survient ainsi en 1941, ce qui fut un grand coup pour la profession qui autrefois était prospère.

Cette perte de statut a ainsi débouché sur un vide juridique qui a eu des conséquences très néfastes sur cette profession autrefois prospère et très attrayante. Depuis cette date personne n’avait plus le droit de commercialiser une plante entant que remède, exception faite des pharmaciens.  

La lutte pour le monopole pharmaceutique a ainsi abouti au démantèlement pur et simple de ce concurrent direct qui faisait de l’ombre aux pharmaciens. Considérée par nombreuses personnes comme dépassée, l’herboristerie s’est ainsi peu à peu éteinte à cause de cette absence de réglementation qui a fini par lui être fatale.

Herboristerie : limites et homologation

Le métier d’herboriste n’étant pas clairement établi de façon juridique, de nombreuses personnes peuvent sans scrupule revendiquer cette compétence. Le manque de formation académique propre à cette compétence laisse libre cours à diverses pratiques qui ne cessent de ternir l’image de cette pratique.

Il faut tout de même noter qu’il s’agit d’une science qui demande un minimum de compétence comme on a pu le constater, l’herboristerie est par conséquent sujette à certaines interrogations. Une règlementation du secteur est donc à l’ordre du jour dans la mesure où elle pourra servir de base à différentes prescriptions médicales.

Il est donc important de pouvoir homologuer les différentes étapes relatives à cette pratique. Il s’agit ici de garantir la qualité des plantes utilisées, en permettant une traçabilité permettant de réaliser un contrôle qualité de celle-ci. Il faut également règlementer le procédé d’extraction de l’essence curative de la plante, ce qui va permet de rendre le remède fiable.

Le conditionnement, mais aussi la conservation du produit doit également être parfaitement contrôlé pour permettre au remède de garder toutes ces vertus. Il faut également harmoniser la posologie du remède, il s’agit de la manière dont le remède sera pris par le consommateur.

Utilisations des plantes en herboristerie

Les plantes médicinales ne peuvent être efficaces que si elles sont utilisées comme il se doit, pour cela, diverses utilisations peuvent être faites en herboristerie :

•    Les fumigations ; ces plantes sont ainsi utilisées avec de l’eau chaude dans laquelle elles sont trempées afin de produire une vapeur qui sera ensuite inhalée. Le procédé est simple, il faut dans un premier temps faire infuser les plantes dans un bol rempli d’eau chaude, laisser reposer quelques minutes puis venir placer la tête au-dessus du bol en utilisant une serviette pour recouvrir la tête. L’objectif c’est d’inhaler pendant quelques secondes les effluves de plante contenus dans la vapeur d’eau.

•    Les infusions et les tisanes ; ces dernières s’utilisent par voie orale, elles sont généralement obtenues en laissant infuser des plantes médicinales séchées ou en sachet dans de l’eau chaude. Elles doivent être consommées tièdes et de manière progressive.

•    Les décoctions ; il s’agit de mélange d’extraits de plantes médicinales obtenu par divers procédé, préparation, fermentation, etc. Elles doivent être consommées suivant les recommandations de l’herboriste, elles sont utilisées en fonction de besoin du consommateur.

Il est donc important de pouvoir identifier avec précision le mal dont souffre le patient pour lui prescrire le remède adéquat.

Précautions

L’herboristerie est une science qui est devenue très populaire dans le monde compte tenu des différents apports qu’elle offre pour le bien-être et la santé. Cependant, il est important de prendre certaines précautions suivant les cas, bien qu’elles soient naturelles elles sont loin d’être inoffensives pour la santé.

Il est par conséquent très important de prendre certaines précautions avant de les utiliser, pour les cas d’une consommation, le respect des doses est indispensable. En effet, une surdose du remède peut être très dangereuse pour l’organisme et au lieu de l’aider à guérir il se produira l’effet inverse.

Il est également indispensable de respecter l’âge ainsi que les horaires d’utilisation du remède pour éviter tout désagrément pour l’organisme. Les conditions d’utilisation du remède doivent scrupuleusement être respectées pour éviter toute aggravation de l’état de santé. Les contre-indications à l’usage d’un remède sont également à prendre au sérieux. Il est donc important de garder le contact avec l’herboriste afin de le tenir informé de l’évolution de situation.

Cette article vous à plu ? N'hésitez pas à le partager !

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn
Partager sur telegram
Telegram
Partager sur whatsapp
WhatsApp
Partager sur email
Email