Marcello Malpighi

Récupérez un cours offert dès aujourd'hui

et gagnez jusqu’à 50 places au classement avec notre pack de révision.

29€ OFFERT
Désinscription en 1 clic.

Ces articles pourraient vous intéresser

 

Dr. Brice Payet

Malpighi : Biographie

Marcello Malpighi est sans doute un des noms les plus célèbres quand on parle de recherche dans le domaine de la médecine et de l’anatomie. Il est l’auteur de très nombreux travaux qui ont révolutionné le secteur, sa passion pour la médecine et son prononcé pour la pratique lui ont valu de nombreuses critiques au cours de sa glorieuse vie. Reconnu par ces paires comme le plus microscopiste de son époque, il mit en évidence son grand talent pour la recherche à travers divers ouvrages et travaux. Ce scientifique brillant à la santé quelque peu fragile a ainsi pu réaliser un très grand nombre d’expérience afin d’apporter une grande pierre à l’édifice que constitue la médecine.

Philosophe et grand chercheur cet anatomiste italien a marqué les esprits et fait couler beaucoup d’encre durant son existence. Ces découvertes et travaux ont ainsi servi dans divers domaines d’applications donnant toujours plus crédit à ces recherches effectuées avec méthode et rigueur. Malpighi reste encore aujourd’hui dans les mémoires des anales vu que son nom reste très utilisé dans le secteur de la médecine avec plusieurs structures anatomiques qui porte son nom.

Biographie de Malpighi

Macello Malpighi est un médecin italien né le 10 mars 1628 à Crevalcore tout près de Bologne en Italie. En 1645 alors qu’il n’avait que 17 ans il étudiait déjà la philosophie à l’université de Bologne, son mentor de l’époque lui conseillera de faire également des études de médecine. Après la mort de ces parents, il fut contraint de stopper ces études pour s’occuper de ces frères et sœurs cadets après quoi, il reprit ces études avec la ferme intention de s’en servir pour réussir et mettre sa famille à l’abri du besoin. En 1963, il réussit à obtenir son diplôme de docteur en médecine et en philosophie et se marie l’année suivant avec Francesca Massari, fille du professeur Massari.

Deux ans plus tard en 1656, Ferdinand II de Toscane lui offrira une chaire spéciale de médecine théorique à l’université de Pise où il officiera durant deux années. Ces principes à sa vision rencontrent très vite l’hostilité de nombreux collaborateurs dans son entourage, ce qui le poussa en 1962 à se retrancher en Sicile. Là-bas, il officiera à l’université de Messina, c’est de là qu’il procèdera à l’étude de la structure du cerveau, il y découvrira les papilles gustatives ainsi que les globules sanguins auxquels attribuera la couleur du sang « globule rouge ». Cinq ans plus tard en 1667, il retournera s’installer à Bologne en tant que professeur d’université.

Pris d’admiration pour le microscope cet outil indispensable à ces recherches, Malpighi se passionna ainsi pour son utilisation ce qui fit de lui un expert en la matière. Il devint ainsi un pionnier dans son utilisation et en profita pour faire de nombreuses observations tant sur les animaux que sur les végétaux. Comptable de nombreuses découvertes qui l’on rendu célèbre, il sera invité en 1667 par Henry Oldenburg à correspondre avec la société Royale à Londres avec laquelle il deviendra associé. Et encore une fois de plus le caractère particulier de ces travaux fit l’objet de nombreuses critiques ce qui ne l’empêchera tout de même de recevoir des honneurs.

Il sera ainsi invité en 1691 par le pape Innocent XII qui ne tardera pas à lui demander d’être son médecin personnel et professeur à l’université de Rome. Lui-même souffrant de goutte et de troubles cardiaques, il mourra 3 ans plus tard d’apoplexie le 29 novembre 1694 au palais du Quirinal. Son corps sera embaumé et transporté à Bologne où il sera inhumé dans l’église Saint-Grégoire.

Champ d’application des travaux de Malpighi

Malpighi est auteur de nombreuses expériences intéressantes ayant mené à des découvertes importantes. Médecin de son état, il a réalisé des travaux qui ont couvert un champ d’application conséquent témoignant ainsi de la valeur de ces travaux. Il va ainsi profiter de sa grande maitrise de son outil clé le microscope pour procéder à l’observation des différentes parties de l’organisme.

Son expertise va lui permettre de faire l’observation de différentes parties des organismes tant animales que végétales. Observation qui lui permettra de faire de très grandes découvertes sur la structure, l’organisation, le rôle et même le fonctionnement de certains organes. Fort de ces connaissances et brillant médecin de son état, il s’adonnera par la suite à diverses expériences scientifiques.

Élargissant ainsi le champ d’application de ces compétences de la simple observation à l’expérimentation, ce qui lui permettra de passer de la simple théorie à la pratique. Suite logique aux observations du médecin, la pratique semble évidente dans la mesure où lui-même s’est toujours défini comme un praticien et non un théoricien.

Il réalisera ainsi en compagnie de Carlo Fracassati de nombreuses expériences comprenant des vivisections et des dissections afin de faire d’autres découvertes. Aux termes de ceux-ci il fit des découvertes intéressantes qui firent évoluer la médecine.

Domaine d’application des travaux de Malpighi

Malpighi fit des travaux qui ont couvert de nombreux domaines d’application. Il est considéré par ces paires comme étant le fondateur de l’anatomie microscopique encore appelé histologie. Il fit ainsi de nombreuse observation et expérience afin d’analyser la structure anatomique des organes dans leur ensemble.

Ces travaux couvraient également un domaine comme les capillaires, domaine dans lequel il fit de nombreuses découvertes intéressantes basées à la fois sur des expériences et des observations. On peut dire sans risque de se tromper qu’avec son microscope il réussit à voir ce que ne voyaient pas les autres.

Le domaine d’application de ses travaux couvrait également l’embryologie dans laquelle il aura fait des couvertes majeures et très importantes notamment sur le poulet. À force d’expériences grandement menées avec rigueur et précision, il parvint à des conclusions encore inédites, confirmant au passage certaines théories veille de plusieurs décennies.

Ces Découvertes sont encore jusqu’à nos jours utilisées en science moderne. Il se distingua d’ailleurs à ce niveau par une rigueur scientifique très peu commune à l’époque ce qui rendit ces recherches extrêmement fiables. Malpighi réalisera également d’intenses travaux dans le domaine de la physiologie où il procèdera à l’étude de divers organes du corps humain, mais aussi des plantes.

Il fit également un passage remarqué en botanique ou ces expériences d’observation permirent de mettre en évidence des éléments importants faisant partie de la structure des plantes. Observateur et chercheur invétéré, ses travaux se sont également inscrits dans des domaines aussi vaste et divers que l’entomologie ou encore l’endocrinologie dans lesquels il a réalisé des avancées importantes.

Travaux réalisés

Compte du champ et du domaine d’application de ces recherches, Malpighi à réalisé d’innombrables travaux donc nous allons vous en citer quelque-un. Ainsi, il a pu démontrer que le cœur d’un bœuf est constitué de deux sortes de fibres en spirales et rectilignes prouvant qu’il s’agit d’un organe de type musculaire et glandulaire sécréteur comme communément admis. Grâce à sa grande maitrise du microscope Malpighi terminera les travaux de Harvey sur la circulation sanguine, travaux qui restaient incomplet vu qu’Harvey n’avait pu démonter comment le passait de l’artère à la veine. La découverte des capillaires apporta la réponse à cette grande énigme de la médecine de l’époque.

En 1659, il fait une première description de la structure de la rate dans son observation, il aperçoit des globules dans les capillaires, globules auxquels il donnera le nom de globule rouge en référence à la couleur du sang humain.  Dans la peau, il découvrira les glandes sudoripares et sébacées et dans la langue, il découvrira les papilles et réussira à mettre en évidence leurs fonctions gustatives. Il découvrira aussi ce qu’il nommera les « glandes lymphatiques ». Il expliquera selon son analyse que ces glandes sont des structures complexes agissant en premier comme des filtres censés expulser toutes les impuretés contenues dans le sang.

Il mènera également des travaux sur l’entomologie, mais aussi sur l’embryologie où il sera d’ailleurs au vu de ces expériences partisan de la théorie la préformation. Étudiant le cerveau, le foie, la rate et le rein il conclura que tous ces organes fonctionnent selon un modèle glandulaire. Il montrera que c’est au niveau de la structure lobaire du foie et non dans la vésicule biliaire que se forme la bile. Il montrera l’architecture interne du rein parlant du processus de formation de l’urine comme un mécanisme élaboré de « séparation » et non comme un simple processus de filtration. En botanique, Malpighi proposera aux termes de ces recherches une analogie entre les tissus osseux et ligneux estimant par la même occasion que les êtres vivants reposent sur une structure de base analogue.

Son travail sur l’anatomie cellulaire montre que le tissu cellulaire est constitué de vésicules de formes variables qu’il appela « utricules ». L’observation de divers végétaux montre que ces utricules sont extrêmement soudés entre eux par une substance qu’il appellera « cystoblastème ». Grâce à ces travaux sur l’embryologie des plantes, il en conclut par la non-reconnaissance du sexe chez les plantes. Comme avec les êtres vivants, Malpighi en vient également à conclure que le bourgeon renferme tous les éléments de la future Plante confirmant ainsi sa théorie de la préformation.

Méthode de travail

Une des raisons principales pour laquelle il était victime de l’hostilité des autres c’est que ces travaux allaient à l’encontre du dogme galénique très présent à cette époque. Ces travaux furent ainsi tournés en dérision, mais les grands anatomistes de l’époque leur trouvèrent un grand intérêt. Ces travaux sont clairement élaborés grâce à la rencontre d’un instrument (le microscope) et d’un procédé d’analyse, procédé que lui-même qualifiera de méthode d’analogie. Arrimé au courant philosophique ayant cours à l’époque (le renouveau de l’anatomisme classique) ou on se propose de remplacer la dissection la décomposition du corps en élément variable observables au microscope.

À cette époque, il ne s’agit pas de savoir pourquoi, mais comment les mécanismes biologiques se produisent. Les premiers microscopes de l’époque étaient composés d’une lentille montée entre deux lames ou sur un tube en carton. Les innovations de l’époque permettront d’améliorer la qualité de cet outil aboutissant à un instrument avec un grossissement atteignant x 200, les meilleurs atteignant même les x 270.

À partir de ce moment, les microscopistes auront pour ambition de rendre plus visible ce qu’il pense déjà savoir en l’occurrence que l’organisme est constitué de minuscules unités fonctionnelles invisibles à l’œil nu. Ainsi dans le but de faire apparaitre cette composition Malpighi combinera l’observation microscopique à la préparation préalable de l’objet observé. Utilisant des techniques de coupe, des macérations et des colorants pour la mise en évidence, il appellera cette préparation « anatomie artificielle et subtile ».

L’une des innovations apportées par Malpighi dans son travail, c’est la possibilité de laisser son travail à la critique purement scientifique de ces paires. En effet, il décrira ses méthodes expérimentales afin que ces confrères puissent infirmer ou vérifier ces découvertes. Il imaginera également des schémas identiques à celui des articles scientifiques d’aujourd’hui pour illustrer ces découvertes.

Un écrivain scientifique émérite

En tant que professeur d’université, docteur en médecine et anatomiste de renom, Malpighi est auteur de plusieurs ouvrages scientifiques. Ouvrage dans lequel il s’évertuera à promouvoir sa philosophie et son amour pour le travail bien fait. Parmi ces nombreux ouvrages, on peut citer :

•    Anatomicae Epistolae (Amsterdam, 1662)

•    De viscerum structura exercitatio anatomica (Londres, 1669)

•    Plantarum Anatome (Londres, 1671)

•    De structura glande ularumcongobatarum (Londres, 1689)

•    Posthuma de l’Opéra, vita de l’et un scripta du seipso (Londres, 1697)

L’essentiel de ces travaux vont ainsi être mis en exergue grâce ces ouvrages très intéressants retraçant le parcourt unique de cet homme au fabuleux destin qui aura tant fait pour la science.

Référence

Le nom de Malpighi est une référence dans le monde de la médecine, il a œuvré dans divers domaines importants, histologie, physiologie, anatomie, botanique, entomologie et embryologie. Grâce à ces nombreuses découvertes restées assez célèbres, il a vu son nom être inscrit en lettre d’or dans les livres d’histoire de la discipline.

Célèbre microscopiste et anatomiste de renom, il a vu son nom attribué à de nombreuses structures anatomiques, on peut ainsi citer :

–    Les corpuscules de Malpighi, tissus lymphoïque situés autour des artérioles de la rate

–    Les pyramides ou glomérules de Malpighi ; dans le cortex des reins

–    Corps muqueux de Malgaphi ou couche de Malpighi ; qui constitue l’ensemble des couches microscopiques épithéliales profondes de l’épiderme

Linné (1707-1778) lui dédie le genre Malpighia, type de la famille Malpighiacées, de l’ordre des Malpighiales introduit par la classification phylogénétique. Il a un lycée à son nom à Rome et à Bologne, plusieurs villes italiennes ont une rue qui porte son nom (Cento, Milan, Pérouse… ).

Cette article vous à plu ? N'hésitez pas à le partager !

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn
Partager sur telegram
Telegram
Partager sur whatsapp
WhatsApp
Partager sur email
Email