L’Ayurveda

Récupérez un cours offert dès aujourd'hui

et gagnez jusqu’à 50 places au classement avec notre pack de révision.

29€ OFFERT
Désinscription en 1 clic.

Ces articles pourraient vous intéresser

 

Dr. Brice Payet

La Médecine ayurvédique

Médecine traditionnelle indienne, l’ayurvéda regroupe la diététique, la phytothérapie, l’aromathérapie, les massages, le yoga, le chant, la respiration et la méditation. Elle repose sur l’harmonie entre le corps et l’esprit, cette pratique offre de nombreux bienfaits comme la réduction du stress, l’élimination des toxines, l’amélioration de la circulation, c’est aussi la science sœur du yoga qui se consacre à équilibrer l’esprit par rapport au corps. En Inde, l’Ayurveda a été développé comme un système pour diagnostiquer les déséquilibres dans le corps et dans l’esprit qui finissent par se manifester sous forme de maladies, de malaises et d’autres symptômes. Il s’agit ainsi de ramener l’équilibre dans le corps grâce à une hygiène de vie adaptée à la personne.

L’Ayurveda un système de médecine holistique et préventive

Son rôle est d’apporter des connaissances et des pratiques ciblées de sorte que le corps et l’esprit puissent être en harmonie et en pleine forme. L’Ayurvedanous enseigne que pour être en bonne santé nous avons besoin d’un bon fonctionnement corporel, mais que nous devons combiner la santé physique avec la santé mentale et émotionnelle. Ceci implique de comprendre le mode de vie qui nous convient le mieux en adaptant notre alimentation, notre sommeil, nos communications, nos interactions et bien plus encore. L’Ayurveda est une des médecines traditionnelles reconnues et répertoriées par l’OMS comme étant un système de santé naturel, traditionnel et intégratif.

Dans la médecine ayurvédique, les massages sont des outils thérapeutiques à part entière. En Inde dès l’enfance, la pratique du massage est intégrée dans la vie de tous les jours. Le massage est une thérapie corporelle ainsi qu’une hygiène de vie au quotidien. Ce sont des massages qui bien sûr font beaucoup de bien (massages de bienêtre), mais ils sont également thérapeutiques. Ce sont des massages individualisés, il existe différents massages ayurvédiques, tout dépend du déséquilibre et du besoin sous-jacent de la personne constaté au moment de la consultation ainsi que de sa constitution de naissance.

Les bienfaits de la médecine ayurvédique

Elle calme le système nerveux, apaise le corps et l’esprit, améliore la circulation sanguine et lymphatique. Facilite l’élimination des toxines du corps, revitalise le corps et l’esprit. Favorise les capacités naturelles et de régénération et de défense du corps et la circulation plus libre des énergies cela participe au rajeunissement du corps.

C’est un traitement des empoisonnements. Il joue donc un rôle important en pédiatrie, son utilisation est aussi très remarquée dans la sexualité et la productivité au travers des aphrodisiaques qui booste la puissance sexuelle et fertilité. Enfin, son apport à la psychologie et la Science des esprits malins n’est pas à négliger.

Cette médecine traditionnelle indienne comprend :

– la diététique ayurvédique : les aliments sont classés selon leur gout, leur énergie et leur action post digestive ;

– la phytothérapie et l’aromathérapie indiennes : les plantes sont classées selon les cinq états de la matière (éther, feu, air, eau, terre) ;

– les massages ayurvédiques : ils s’effectuent de manière individualisée selon la prédominance ;

– les thérapies par le son : certaines vibrations permettraient d’harmoniser sa fréquence personnelle pour atteindre le bienêtre. Les praticiens utilisent des musiques reproduisant les bruits de la nature ou des mantras, phrases sacrées souvent chantées ;

– les pierres précieuses : on dispose certains cristaux ou pierres précieuses sur des points ou des zones énergétiques afin de rééquilibrer le corps. La médecine traditionnelle indienne est souvent complétée par le yoga, le chant, la respiration et la méditation. Le choix de la technique et le nombre de séances dépendront de votre praticien.

L’ayurveda (d’ayur vie, et veda, connaissance, savoir) est une approche globale de la santé. Elle se fonde sur l’idée que l’homme est constitué à l’image de l’Univers, par les mêmes éléments et les mêmes forces. Ces éléments l’éther, l’air, le feu, l’eau et la terre sous-tendent tous les organismes vivants et sont toujours en mouvement : l’éther correspond aux espaces du corps (bouche, narines, estomac, etc.) ; l’air, aux mouvements à l’intérieur du corps (essentiellement dus aux muscles) et aux gaz ; le feu, aux diverses enzymes (métabolisme, digestion, intelligence, etc.) et à la bile, qui digère les aliments ; l’eau, à la circulation des fluides corporels (mucosités, plasma, salive, urine, etc.), et la terre, à la structure solide du corps (os, dents, cartilages, cheveux, etc.).

Ces cinq éléments se combinent pour donner les trois forces d’énergie vitale. Chaque individu possède sa propre combinaison. De leur équilibre dépend la santé qui devient prédominante, l’état d’équilibre harmonieux est rompu et cela peut entrainer toute une série de perturbations dans le corps et l’esprit. La médecine ayurvédique intervient donc pour préserver cette harmonie.

Pour traiter votre problème de santé particulier, la médecine ayurvédique dispose de toute une série de plantes médicinales. Le praticien vous prescrit des mélanges plutôt qu’une seule plante. Le mélange pourrait être une aide pour renforcer votre immunité. C’est aussi un antioxydant. Mais la préparation de vos remèdes est fonction de votre propre corps. Les préparations peuvent inclure des éléments d’origine animale. Le musc, sécrétion huileuse très odorante de la glande d’un chevreuil des hauts plateaux de l’Himalaya, sert à soigner les convulsions, et les macérations de scorpion, les piqures de scorpion, selon le principe, bien connu en homéopathie, selon lequel les semblables guérissent les semblables.

Les pierres précieuses sont aussi utilisées. Votre praticien vous conseillera de les porter en contact direct avec la peau, ou bien de les coudre dans vos vêtements ; il peut aussi les faire macérer dans des teintures alcooliques, pour préparer des granules.

Les remèdes se prennent par voie orale, nasale, anale ou cutanée. Ils sont présentés sous forme de poudre, de pâte, de plantes séchées en tisane ou en décoction, de granules, de pilules, d’huiles pour les massages. Il en existe même sous forme de vin, de confiture ou encore de dentifrice. Pour faciliter la circulation de l’énergie vitale, on ouvre les centres énergétiques (chakras) en y disposant des cristaux.

Généralement, le praticien vous propose un massage avec de l’huile chaude. Ce massage, qui peut durer presque une heure, permet de stimuler les canaux et les points énergétiques du corps, similaires aux points d’acupuncture.

• Certains massages, comme l’abhyanga, peuvent se pratiquer sur soi-même. Assis, vous commencez à vous masser les pieds avec de l’huile chaude, puis vous remontez le long des jambes jusqu’aux genoux, aux hanches, au dos, au ventre, aux épaules, aux bras et aux mains. Chaque fois que vous rencontrez une articulation, vous tournez autour.

• Le massage s’effectue toujours en remontant vers le cœur.

Les principes de la médecine ayurvédique

Selon la médecine ayurvédique, notre état de santé serait influencé par nos émotions, nos sentiments et notre environnement. L’ayurveda influe sur l’hygiène de vie pour rééquilibrer nos énergies. En sanskrit, « ayur » signifie force vitale, et « veda » connaissance. Cette « science de la vie » est issue des textes sacrés de l’Inde, où elle est pratiquée depuis 5 000 ans. D’abord préventive, cette médecine repose sur une vision globale de l’être humain, associant ses états de santé physique et mentale ainsi que l’influence de son environnement quotidien. Le but étant de ramener un meilleur équilibre entre ces paramètres. On peut également « diagnostiquer » chaque personne selon trois énergies vitales fondamentales, appelées doshas : Vâta, Pitta et Kâpha. Ces dernières, selon leur prépondérance, déterminent un type physique et psychologique.

Les risques de tomber malade sont liés à la façon dont les doshas sont équilibrés. Pour planifier un traitement, les praticiens d’ayurveda considèrent l’état des doshas en mesurant le pouls à différents endroits du corps. Ils élaborent ensuite un programme thérapeutique personnalisé, basé sur des règles d’hygiène de vie, des préparations d’herboristerie ou d’aromathérapie (huiles essentielles), des massages, des exercices physiques, de respiration et/ou de méditation. Le régime alimentaire est également souvent modifié : par exemple, les légumes verts, les boissons froides, le poivre et le chocolat stimulent le Vâta, tandis que le riz, l’ognon, le raisin ou les noix le calment.

Ainsi, grâce à la détermination de la constitution prédominante de chaque personne, on a déjà une personnalisation des prescriptions et des recommandations ayurvédiques. La subtilité de l’Ayurveda c’est que chaque plante ou épice a aussi ses particularités, et ne sera pas adaptés à tout le monde, malgré les bienfaits qui leur sont attribués. Tous les soins, l’utilisation des huiles de massages, les méthodes de détoxication ou régénération, l’utilisation des plantes, la constitution des assiettes sont choisis en fonction de la constitution, tout est vraiment fait sur-mesure.

Il est toujours plus facile de prévenir une maladie, que de guérir d’une maladie. Et la médecine ayurvédique fonctionne très bien en termes de prévention. On l’utilise aussi en curatif, quand des symptômes sont exprimés, mais on va toujours traiter l’être humain dans sa globalité (esprit/mental/corps), et tout ce que l’on va utiliser en Ayurveda (plantes, nourriture, soins, etc.) vont avoir une action sur ces trois niveaux.

En prévention comme en curatif, c’est l’équilibre de l’esprit, du mental et du corps, qui va augmenter l’immunité, construire des tissus sains, offrir une stabilité au niveau du mental, créer l’harmonie à ces différents niveaux. En Ayurveda, on ne traite pas le symptôme de la maladie : en cas de constipation par exemple, on va traiter le dosha qui crée le symptôme de la constipation, et cela va varier d’une personne à l’autre, la prescription en cas de constipation ne sera pas la même, même si le symptôme est, en apparence, le même.

Si une constipation est due à un excès de gaz, les symptômes associés vont être des gaz, ballonnements, des selles dures à évacuer. Et dans ce cas, une alimentation riche en fibres ne va pas fonctionner, car les fibres vont augmenter un excès d’air dans le colon. On va donc plutôt se tourner vers une nourriture émolliente, qui va permettre de lubrifier le colon.

L’Ayurveda s’adresse à tout le monde, à partir du moment où elle est accompagnée d’une prise de conscience de notre propre pouvoir d’action sur notre santé. Pour bénéficier de tous les bienfaits de la médecine indienne, il faut avant tout être décidé à devenir maitre de notre santé, être actif et se prendre en main au niveau de l’hygiène de vie générale. Tous les âges sont concernés par l’Ayurveda. On commence même à traiter l’enfant dans le ventre de la maman. Et même parfois avant la naissance, car en Ayurveda, si on a l’intention d’avoir un bébé, les parents se préparent un an à l’avance pour préparer le corps, faire en sorte que les parents soient en bonne santé, pour accueillir une nouvelle vie. Durant la grossesse, la médecine ayurvédique a sa place également.

Par exemple, si l’on constate dans les antécédents familiaux des parents qu’il peut y avoir des risques liés à certaines pathologies, on peut donner des plantes à la maman, qui vont permettre de fortifier le système osseux du futur bébé et pour qu’il se développe de manière correcte et qualitative. Les jeunes enfants aussi peuvent bénéficier des bienfaits de cette médecine, à condition d’avoir une bonne hygiène de vie, guidée par les parents. Le praticien adaptera toujours, en fonction de la personne, des particularités (femme enceinte, âge de l’enfant), le choix, mais aussi les quantités, des aliments ou plantes qu’il prescrit. De la naissance jusqu’à la fin de sa vie, on peut donc faire appel à l’Ayurveda, il n’y a pas de contre-indication particulière.

En France, l’ayurvéda n’est pas une pratique médicale reconnue et enseignée comme telle dans les facultés de médecine. Les professionnels ayurvédiques sont donc des non-médecins, et les conseils prodigués en ayurvéda ne remplacent en aucun cas un traitement médical approprié à une maladie. Certains instituts privés délivrent des diplômes en ayurvédique après une à quatre années d’études. Ces formations ne sont pas reconnues officiellement par l’Etat. Il est recommandé de choisir un praticien dans l’annuaire d’une association professionnelle.

Il est difficile d’évaluer l’efficacité de la médecine ayurvédique, car les techniques de soin sont nombreuses et interdépendantes. De plus, c’est une médecine individualisée, c’est-à-dire que deux patients atteints de la même maladie seront traités de façon différente, ce qui rend impossible toute étude en double aveugle avec placebo. Plusieurs laboratoires de l’industrie pharmaceutique sont engagés dans des recherches sur les remèdes traditionnels à base de plantes médicinales.

Cette article vous à plu ? N'hésitez pas à le partager !

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn
Partager sur telegram
Telegram
Partager sur whatsapp
WhatsApp
Partager sur email
Email